Haïti – Économie : Quand la diaspora génère des revenus fiables en Haïti

Haïti – Économie : Quand la diaspora génère des revenus fiables en Haïti

Haïti – Économie : Quand la diaspora génère des revenus fiables en Haïti
15/08/2011 10:24:12

Haïti - Économie : Quand la diaspora génère des revenus fiables en Haïti

Dennis Bratton, Pasteur de Jacksonville, a recueilli des milliers de dollars pour l’aide à Haïti. Mais les gens étaient toujours affamés, malades et pauvres.

Pour aider à briser ce cycle, la Fondation Bratton Kore, a commencé le développement de micro-entreprises d’élevage de volailles. Les organisateurs espèrent ainsi fournir un revenu aux familles et les protéines animales nécessaires à la population longtemps après le départ des humanitaires.

« Haïti a plus de 75 % de chômage, 1 million d’enfants souffrent de malnutrition et un manque d’opportunités économiquement viable pour les adultes » a déclaré le Pasteur Bratton.

La Fondation Bratton Kore accorde des prêts, pour le matériel et les poussins aux familles haïtiennes afin qu’elles puissent posséder et exploiter leurs propres poulaillers. Mais d’abord, les futurs propriétaires doivent recevoir une formation sur la façon de nourrir convenablement et les soins à apporter aux poulets ainsi que les pratiques commerciales éthiques.

Selon M. Bratton, les agriculteurs reçoivent des prêts de 2,350 $, qu’ils doivent rembourser dans les 18 à 24 mois. L’argent paye pour le poulailler, ainsi que les poussins et les aliments pour les deux premiers cycles de poulets. Chaque cycle est prêt à être commercialiser environ six semaines plus tard « Après le premier cycle, ces agriculteurs font plus que leur salaire annuel », affirme le Pasteur.

Avant le séisme de 2010, le salaire moyen annuel par habitant en Haïti était d’environ 1,200 dollars selon le CIA Factbook. Mais Bratton estime que les propriétaires de poulailler pourront obtenir un revenu de 6,600 dollars par an.

Si le plan de Kore fonctionne, les poulaillers ne fourniront pas seulement un revenu durable mais aussi une partie essentielle des besoins alimentaire des Haïtiens. Jusqu’à présent, la fondation Bratton Kore a 40 poulaillers qui opèrent en Haïti avec un l’objectif de 100 d’ici la fin de l’année.

PI/ HaïtiLibre

Les commentaires sont fermés