Haïti – Montréal : Le rêve de la Maison d’Haïti prend forme…

Haïti – Montréal : Le rêve de la Maison d’Haïti prend forme…

Haïti – Montréal : Le rêve de la Maison d’Haïti prend forme…
27/05/2012 10:19:36

Haïti - Montréal : Le rêve de la Maison d'Haïti prend forme...

Le lancement officiel de sa campagne de financement ce dimanche, le 27 mai, est un grand jour pour la Maison d’Haïti et marque la concrétisation de son rêve : son redéploiement.

Le thème de la campagne de financement « Un toit… pour toi et moi », illustre parfaitement les besoins criants de la Maison d’Haïti qui, déjà à l’étroit dans ses locaux avant le séisme du 12 janvier 2010 est, depuis, atteinte de congestion sérieuse à cause bien sûr des nouveaux services mis en place pour la venue des familles haïtiennes arrivées d’Haïti, mais aussi à cause de l’accroissement de la population des autres communautés venues s’installer dans Saint-Michel et qui fréquentent tout autant, la Maison d’Haïti. Actuellement, elle donne des services à près de 250 personnes par jour.

Ce redéploiement participera de façon majeure à la revitalisation du quartier Saint-Michel, puisque plusieurs espaces seront mis à la disposition de la communauté.

Pour la Maison d’Haïti, ce sera l’occasion de fêter dignement ses 40 ans d’existence, 40 ans d’indéfectible engagement social, tout en participant à la célébration des 100 ans de Saint-Michel où elle s’est installée il y a 30 ans, en ouvrant de nouvelles perspectives afin de mettre en valeur la culture haïtienne et favoriser les échanges inter-culturels.

Claude Béland, ancien Président du Mouvement Desjardins [1983-2000], et Régine Laurent, Présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec qui ont accepté d’être coprésident de la campagne de financement, sont des modèles d’engagement social et de réussite, dont la philosophie correspond à celle de la Maison d’Haïti. Tous deux, dans des domaines très différents, sont convaincus, d’une part que l’éducation citoyenne est un droit et un outil indispensable pour l’avenir des jeunes et des moins jeunes, et que d’autre part, la mise en commun de toutes les compétences permet de faire tomber les barrières inter-culturelles.

HL/ HaïtiLibre

Les commentaires sont fermés