Il n’y aura pas d’aéroport à l’île à vache en Haïti

Il n’y aura pas d’aéroport à l’île à vache en Haïti

Cet article est le 1 078 ème sur notre site

Comme j’aimerai pouvoir lire cet article un jour sur un journal Haïtien, ou mieux sur les pages facebook de certains ministères Haïtiens, à l’instar de ce qui se passe ici en france suite au mouvement pour protéger une île de 240 habitants, ils sont combien sur l’île à vache ? entre 16 000 et 20 000 et on ne les écoute pas, bien au contraire : Nous vous invitons à nous rejoindre sur notre page facebook : Ne pas détruire la mangrove en Haïti, si vous désirez nous joindre : terresetilesdesperance@gmail.com

Il n’y aura pas d’extraction de sable, au large de l’Ile de Sein

Publié le par ActuNautique.com

Le Stellamaris, un sablier de toute dernière génération du groupe Libaud

Le Stellamaris, un sablier de toute dernière génération du groupe Libaud

Le projet porté par une société privée a finalement été abandonné car jugé non rentable par son initiateur.

C’est un véritable ouf de soulagement que peuvent désormais pousser les habitants de l’île de Sein, inquiets depuis des mois par un projet d’extraction de sable qui devait se réaliser au large de leur île.

La société des Sabliers de l’Odet a en effet annoncé se désengager de ce projet qu’elle juge non viable, eu égard à la durée de la concession et aux volumes extractibles.

Cette extraction de sable devait avoir lieu sur le banc de Kafarnao au large de l’île de Sein. Il avait suscité une franche opposition de la population et des associations environnementales, regroupées au sein du « Peuple des Dunes ».

Ce désengagement « volontaire » de la part de l’exploitant intervient après un avis défavorable émis par le commissaire enquêteur, suite à une enquête publique conduite sur place et communiqué fin juin.

La société des Sabliers de l’Odet (SDO) est une filiale du groupe Libaud, précurseur dans l’activité d’extraction, de traitement et de commercialisation du sable marin.

A ce titre, la société maîtrise aujourd’hui ces différentes étapes grace à ses filiales DTM, SDO et Sablimaris et dispose pour ce faire d’une flotte composée de trois bateaux le Penfret, l’André L et le Stellamaris (en photo), entièrement armés sous pavillon français.

la mangrove sur l'île à vache

Les commentaires sont fermés